Julien Doré « LØVE Tour » : Le Zénith accueille un vent de prose.

A l’occasion de la 150ème et dernière date sous un ciel fermé de la tournée « LØVE Tour », Julien Doré et son groupe ont investis la scène du Zénith de Paris. Une soirée particulière et symbolique pour le groupe, comme pour le public venu en nombre ce soir.
Retour sur cette soirée remplie d’Amour, de poésie, d’élégance et de partage.

love zenith

Pour que Paris s’enflamme…

C’est devant un Zénith plein à craquer (tout âge confondu) et sûr une scène où trône l’immense logo « LØVE » que le groupe fait son entrée peu après 20h45.  Julien, vêtu de noir tout comme ses musiciens, arrive durant la longue intro de « Viborg », dissimulé sous un nuage de fumée.
Le concert démarre tout en douceur pour installer les premiers titres de ce troisième album pour lequel il a été sacré meilleur artiste masculin de l’année.

11110184_10206360676040981_1205148529352366398_n

Paillettes, confettis, second degré, pas de danse et ukulélé

Entre les chansons, Julien en profite pour présenter tour à tour « ses garçons » avec cette touche d’humour qu’on lui connait et qui lui va si bien : Baptiste Homo « l’élégance » (voix, percussions, claviers),  Darko « celui à qui il ne confiera jamais les clés de sa punto » (voix, guitare, basse), Mathieu Pigné « l’homme élastique » (batterie), Edouard Marie (basse, contrebasse), Julien Noël (piano) et Arman Méliès « son chouchou, celui pour qui les cheveux n’ont pas suivi la tournée » (guitare)

« Hôtel Thérèse », « London Nous Aime », « Chou Wasabi », « Kiss Me Forever » (de l’album Bichon) avec la chorégraphie qui va bien, ou encore « Les Limites » (son premier single). Le groupe est carré, l’ambiance énergique et le public comblé.

« Bleu Canard », « Panda roux – Panda gris », « Heaven », « Mon Apache », « Whinnipeg » suivront.

IMG_9375

Adepte du cache-cache et des bains de foule, c’est sans garde du corps qu’il traverse la fosse du Zénith, canon à paillettes en main, en clôture du titre phare « Paris Seychelles ». Il remontra sur scène avec une rose à la bouche.

Une touche mélancolique annonce doucement cette fin de soirée avec « Les Bords de Mer » et « On Attendra l’Hiver » puis le très émouvant « Corbeau blanc » en guise de dernier départ. Un piano-voix frissonnant et mélodieux durant lequel Julien a su s’abandonner et délivrer un message empli de beauté, d’amour et de douceur, la voix chevrotante et la gorge délicatement serrée.   

Ce soir je vous quitte, je quitte la rive et les gens. Depuis mon île politique, je prends l’exil des corbeaux blancs…

2 rappels suivront.

Julien terminera le concert au piano avec à nouveau « Paris-Seychelles » et « Chou Wasabi », seul sur scène et accompagné par les chœurs du public.

« L’amour véritable, c’est celui qui dit je t’aime mais je te quitte. Il part mais ne cesse de s’agrandir. »

julien doré end

Un peu plus de 2h de live lié à l’instant, où l’émotion fut au rendez-vous ❤
« A Paris, toutes les pluies sont jolies ; A Paris, tous les roux sont sexy… »

S.A
Musicalement vôtre

Publicités

6 réflexions sur “Julien Doré « LØVE Tour » : Le Zénith accueille un vent de prose.

  1. Je remets un commentaire car le premier n’a pas été validé mais la modification à été faite!!! C’est très bien d’avoir enlevé Clément Agapitos mais il aurait été bien de le remplacer par le nom de Édouard Marie!!! Merci pour la validation de mon commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.